Vous êtes ici : Accueil > Sarstedt - Aubevoye > Echange 2011-2012 > Compte rendu au quotidien
Par : FP
Publié : 4 octobre
Format PDF Enregistrer au format PDF

Compte rendu au quotidien

Les nouvelles du jour


Les professeurs animateurs de l’échange vous proposent un petit compte rendu en ligne pour chacune des journées. Les quelques lignes quotidiennes sont rédigées le soir et consultables le lendemain. Nous espérons votre indulgence pour les rédacteurs qui sont bien fatigués en fin de journée.


Cordialement


Mme Wattelet, Mme Van Kets, Mme Eskénazi, M Poirrier


 


Mardi 13 mars


Tous les élèves sont partis avec leurs professeurs accompagnateurs à l’heure prévue de 7 h. Le voyage s’est déroulé sans aucun problème en suivant un itinéraire avec une circulation fluide : Aubevoye - Beauvais - Namur - Aachen (Aix la Chapelle) - Köln (Cologne) - Dortmund - Sarstedt. Le changement de chauffeur a eu lieu comme prévu et nous sommes arrivés à 19h03 avec juste trois minutes de retard sur les prévisions les plus optimistes. Comme souvent, la célèbre ponctualité allemande a été vérifiée par la compagnie de car allemande retenue. Toutes les familles étaient présentes à l’arrivée pour accueillir nos jeunes et les emmener aussitôt dans leurs foyers pour de premiers contacts devant un repas traditionnel. Ils devraient bien dormir après cette longue journée de voyage. La journée de demain sera consacrée à la visite du Gymnasium, à la découverte de la ville et de ces habitants sous la forme d’un "safari-photo" et à la réception des élèves par le "Bürgermeister" au restaurant de la piscine municipale.


 


Mercredi 14 mars


Après une bonne nuit de sommeil, nous avons retrouvé nos élèves à 8h au Gymnasium dans la salle 101 qui nous a été attribuée comme salle de travail pour le séjour. Un premier bilan individuel a permis de constater que les jeunes Français ont été très bien accueillis dans les familles de leur "Corres". Nous avions donné hier la consigne de faire des efforts de communication et de faire honneur aux repas proposés, ce qui a été respecté. Les premiers mots en allemand à l’aide des phrases préparées et du dictionnaire ont noué des premiers contacts enrichissants. Les petites appréhensions ont vite laissé la place à la vie de famille, comme à la maison. Ce matin, les regards étaient souriants et détendus signe d’une bonne intégration dans les foyers d’accueil.



Première anecdote : deux élèves ont réussi à se tromper de valise. Heureusement le problème a été rapidement résolu...


Le premier travail des jeunes a été de fabriquer des badges pour eux et leurs "Corres". La fabrication reprendra demain.


Dans la matinée, les élèves, organisés en petits groupes, ont effectué un "Safari-photo" dans la ville de Sarstedt pour y faire une découverte du milieu. Ils ont du entrer en contact avec les habitants, entrer dans les magasins et photographier des scènes à partir d’un livret de consignes.




Les mêmes groupes ont également pu visiter le Gymnasium sous la conduite de grands élèves allemands des classes de français. Nous remercions ces élèves pour la qualité de leur travail et leur très bon français !



Deuxième anecdote : un élève qui voulait téléphoner dans sa famille s’est trompé de numéro de téléphone et quand il a entendu parler allemand dans le combiné, il a cru qu’en Allemagne, le téléphone traduisait automatiquement ses mots prononcés en français.


Une réception était organisée à 10h30 dans le restaurant de la piscine à l’initiative de la municipalité. Un pot d’accueil a été généreusement offert aux jeunes. L’adjoint au Maire, la directrice du Gymnasium et Mme Wattelet ont prononcé à cette occasion les traditionnels discours de bienvenue et de remerciements.




De retour dans la salle 101, les élèves ont ensuite commencé l’apprentissage d’un texte de chanson en allemand qu’il leur faudra bientôt interpréter devant nos hôtes.


A 13h15, fin des cours au Gymnasium, les "Corres" étaient devant la porte de la classe pour emmener les Français dans leurs familles jusqu’au lendemain. En quelques minutes, tous étaient déjà partis.


 


Jeudi 15 mars


Nous sommes partis ce matin vers 8 h pour Hildesheim, ville de 100 000 habitants située à douze kilomètres de Sarstedt. La ville fêtera bientôt ses 1200 ans. Détruite à 90 % en mars 1945, elle a été reconstruite ; il a même été décidé il y a vingt ans de reproduire à l’identique certains bâtiments, notamment les maisons de la Marktplatz (place du Marché).



Les élèves ont déambulé dans les rues piétonnes sous un soleil bien agréable. Deux activités leur ont été proposées par les professeurs allemands : une passionnante visite guidée d’une heure et demie à la découverte de la ville et un rallye dans les rues piétonnes leur permettant d’entrer en contact avec les habitants et commercants.


Notre guide a longuement parlé des maisons de la Marktplatz : la Maison de la Corporation des Bouchers, grande maison à colombages avec des décorations dans le style renaissance, celle de la Corporation des Boulangers plus petite, l’Hôtel de Ville construit au XIIIe siècle, la Maison du Temple datant du XIVe siècle et comportant un encorbellement Renaissance etc.




Elle leur a raconté de nombreuses anecdotes, comme celle du rosier millénaire qui, carbonisé pendant la deuxième guerre mondiale, a repris vie grâce à de profondes racines. Nos élèves ont visité la cathédrale romane Saint-Michel, unique par sa structure symétrique.



Ils y ont admiré entre autres le plafond de bois peint représentant des scènes de la Bible : il date du XIIIe siècle et est merveilleusement conservé.



Nous avons regagné vers 13 h le Gymnasium de Sarstedt, la tête pleine de nouvelles images. Les élèves ont alors retrouvé leurs correspondants.


 


Vendredi 16 mars


Troisième journée d’immersion dans la vie quotidienne allemande. Les jeunes français sont maintenant comme chez eux et ont déjà intégré ce nouveau mode de vie. Ils ont pris les habitudes des familles d’accueil avec une grande facilité d’adaptation à une nouvelle langue, un rythme scolaire différent, une alimentation différente et des habitudes collectives qui peuvent varier. Comme chaque matin de la semaine nous nous sommes retrouvés dans notre salle de classe pour faire le bilan avec les élèves de la journée précédente et du temps passé chez les "Corres". Les jeunes se racontent entre eux leurs expériences respectives et ont une attitude joyeuse. Les enseignants sont rassurés et la journée va pouvoir commencer au mieux.


Mot d’un élève en parlant du temps passé chez son "Corres" : "j’avais oublié que je savais parler en français".


Aujourd’hui pas de visite extérieure mais une découverte des habitudes scolaires des jeunes Allemands au Gymnasium. Les jeunes étaient organisés en binômes "un Allemand et un Français" dans des groupes de 24 élèves qui ont effectué une rotation autour de quatre activités d’une heure proposées par nos hôtes. 


Atelier "Percussions" (musique)
Réunis en cercle, les jeunes se sont initiés à la pratique collective des percussions. L’objectif était de jouer ensemble une pièce en mêlant pendant 12 mesures de 4 temps des phrases rythmiques réalisées à partir des percussions distribuées. L’apprentissage était très dynamique et les élèves très enthousiastes sous la conduite effrénée de Mme Müller, le professeur de musique et chef d’orchestre du jour. Pour mémoriser les modules rythmiques, le chef nous proposait des petites phrases en français et en allemand qu’il fallait scander avec les percussions : "ven-dredi" "Heute-ist Freitag". Le résultat était très drôle et après un début laborieux, les apprentis musiciens ont réussi a interpréter magistralement la pièce sous les applaudissement de leur maître de musique qu’il faut vivement remercier pour son formidable investissement à chaque seconde de l’atelier. Un grand moment de musique !



 


Atelier "Cadavres exquis" (dessin)
Le Dictionnaire abrégé du "surréalisme" donne du cadavre exquis la définition suivante : « jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes. ».



Les binômes "allemand-français" on mis en application ce jeu sous la version dessinée. Après avoir plié leur feuille de dessin en accordéon pour que l’on ne puisse jamais voir le dessin exécuté précédemment, les binômes ont dessiné alternativement la tête, le cou, le buste, les fesses, les jambes et les pieds d’un personnage surréaliste. Le résultat est toujours une surprise et les élèves ont bien souri au moment de la découverte du dessin dans son ensemble. Il faut remercier chaleureusement Mme Laurenz pour les avoir guidés dans ce jeu graphique très ludique et très amusant.






 


Atelier "Pyramides humaines" (sport)


Les mêmes groupes d’élèves ont ensuite tenté l’impossible sous la conduite du professeur de sport M Sommerfeld : réaliser des pyramides humaines comme dans Dumbo l’éléphant mais sans la chute du chapiteau.


La séance a commencé par un petit échauffement grâce à un jeu de chat et de souris où les élèves ne savaient pas toujours qui était le chat et qui était la souris ce qui rendait les situations de jeu amusantes.


Le professeur a alors demandé aux 24 élèves de se regrouper sur une bâche plastique de 2 m sur 3 m avec pour objectif de retourner la bâche au sol dans l’autre sens sans qu’aucun élève n’en descende jamais. Les protagonistes du radeau du jour ont dû coopérer entre eux pour trouver une solution ce qui n’était pas aisé ni gagné d’avance vu la grande densité des jeunes. Le tableau était très cocasse.





La séance s’est poursuivie en binômes "franco-allemands" par quelques apprentissages des postures nécessaires à la réalisation des pyramides.


Enfin, les élèves réunis en groupes "franco-allemands" de six ont dû réaliser seuls des modèles de pyramides humaines simples à partir d’un dessin explicatif. Ils y ont pris beaucoup de plaisir et ont pu développer leurs facultés de communication non sans éviter quelques écroulements ce qui à encore une fois rendu l’activité très drôle. Nous devons féliciter M Sommerfeld pour cet atelier interactif.




 


Atelier "Dialogues en francais et en allemand" (langue vivante)
Sous la conduite de Mme Wattelet pour certains et de Mme Zuhaly pour les autres, les binômes "germano-français" ont planché sur la production de petits dialogues basés sur des anecdotes de la vie quotidienne comme celle du client allemand qui demande un "Baiser" à la boulangère française pensant demander une meringue (ein Baiser en allemand signifie meringue en français). Chaque groupe pouvait effectuer le petit dialogue en français ou en allemand. Les élèves ont joué le jeu et les dialogues ont été très réussis. Bravo aux deux animateurs de la séance !



 


 


La fête au Gymnasium !


Après avoir passé l’après-midi dans les familles, les jeunes se sont retrouvés au Gymnasium avec les familles d’accueil pour la traditionnelle fête franco-allemande organisée avec beaucoup de soin par Mme Stroberger et par Mme Engelhardt et ses élèves de terminale pour la décoration de la salle de restauration.



Un verre de "Sekt" a d’abord été offert aux adultes puis M Sommerfeld, Mme Wattelet et Mme Klein ont prononcé leurs discours.



Une remise de prix a permis de récompenser les lauréats des épreuves du safari-photo à travers les villes de Sarstedt et de Hildesheim.



Les Français ont interprété avec quelques libertés dans la mélodie une chanson allemande connue intitulée "Ich hab’ noch einen Koffer in Berlin" pour remercier nos hôtes du jours.


Une surprise nous attendait ensuite. Les Allemands ont donné en cadeau à chaque Français pour leur plus grand plaisir le polo bleu marine du Gymnasium que nous porterons fièrement à Berlin lundi.




La soirée s’est poursuivie jusqu’à par le repas aux tables des familles qui avaient préparé un magnifique buffet.




Enfin, les jeunes n’ont pas boudé leur plaisir sur la piste de danse jusqu’à 21h30.




Encore bravo et un grand merci à nos amis allemands !


 


Samedi 17 et dimanche 18 mars


Tout le week-end, les jeunes Français ont vécu avec leurs "Corres" la vie d’une famille allemande en totale immersion linguistique. Ils en garderont un souvenir fort.


 


Lundi 19 mars


Trajet aller
Après un week-end dans les familles nous nous sommes donc retrouvés au Gymnasium à 8 heures afin de donner les dernières consignes(notamment le respect des groupes) pour le bon déroulement de la journée. Le groupe s’est rendu à pied à la gare de Sarstedt et est monté dans un premier train en direction de Hildesheim. Là nous avons emprunté le ICE ( TGV allemand) pour Berlin.


Das Brandenburger Tor
Après deux heures de trajet, les élèves pouvaient enfin découvrir la capitale. 10 minutes à pied nous séparaient de la porte de Brandebourg. Sous un soleil radieux les élèves ont pu admirer ce monument hautement symbolique figurant d’ailleurs sur les pièces de 1 euro.


Der Reichstag
Ensuite le groupe était attendu au Reichstag (parlement) pour une visite de la coupole en verre. Nous avons tous été impressionnés et surpris par les mesures de sécurité drastiques. De la haut les élèves ont alors repéré les principaux monuments de Berlin et se sont rendus compte à quel point la ville était étendue et verte.


Pause repas
L´heure du pique-nique aux abords du parlement et du Tiergarten a aussi été l´occasion de faire quelques achats souvenirs dans la boutique à coté.


Promenade
Nous avons ensuite traversé le Tiergarten, le plus grand parc de Berlin, qui malgré son nom n´est pas un zoo ! Nous avons pu distinguer entre les arbres la Philharmonie de Berlin. Cette balade nous amenait à la Potsdamer Platz, lieu ou se déroule le festival du film allemand, mais aussi un des endroits les plus modernes, car entièrement reconstruit après la chute du mur. D’ailleurs les élèves ont pu voir et toucher les restes de mur exposés non loin de là.


Musée Check-Point Charlie
Une deuxième et dernière visite guidée nous avait été programmée, celle du musée de la DDR (ex Allemagne de l´est ). Ce musée appelé aussi Check-Point Charlie (lieu où il se trouve), explique et expose tout ce qui a été mis en oeuvre par certains citoyens pour fuir le régime communiste et dictatorial de l´Allemagne de l´est entre 1961 date de construction du mur et 1989 date de destruction du mur :


Retour à Sarstedt
A 17 heures il était alors temps de rebrousser chemin, nous sommes retournés à la gare en métro puis nous avons subi un retard du ICE de 40 minutes. La chaîne téléphonique allemande a bien fonctionné et l´arrivée à la gare de Sarstedt s´est faite sans encombres.


Nous pensons que cette journée dans son ensemble a plu au plus grand nombre et qu´elle a permis la concrétisation du cours d´allemand. Le système de groupes nous a été très utile pour emprunter les transports en commun.


Mardi 20 mars


Après une nuit de repos bien méritée les élèves ont eu la chance de pouvoir assister à quatre heures de cours.


Les allemands ont école de 8h à 13h15, cette matinée est découpée en 6 séances de 45 minutes ponctuée de deux pauses de 15 minutes environ. 


L’observation s’est effectuée par groupes de quatre, les élèves ont ainsi pu se rendre compte du déroulement d’un cours de maths, physique, religion, musique, anglais, arts plastiques, ou encore géographie. Ils devaient alors compléter une fiche qui leur permettra une meilleure analyse du système scolaire.
Beaucoup d’élèves ont été surpris de l’ambiance plutôt détendue qui régnait au sein de certaines classes. Quelques élèves ont eu l’occasion de voir en quoi consistait un cours de religion, matière inexistante à Aubevoye. 


Pour chaque groupe, deux heures étaient consacrées à la rédaction du carnet de bord. Madame Eskénazi s’est révélée être une aide très précieuse pour ceux qui éprouvaient quelques difficultés.


Après la fin des cours, tout le monde a retrouvé son correspondant afin de passer une dernière après-midi ensemble.


Mercredi 21 mars


Aujourd’hui nous avons quitté Sarstedt à 8 h pour la sortie commune Allemands/Francais. La destination était Goslar, ville située à l’entrée du Harz, massif montagneux situé au centre-nord de l’Allemagne. Nous y étions à 9 h 15.


Deux visites guidées en français ont été proposées à nos élèves : l’une dans la ville de Goslar, l’autre dans la mine du Rammelsberg.


Goslar, ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, a été fondée au Xe siècle après la découverte d’argent dans les mines proches du Rammelsberg. Elle a la particularité de n’avoir pas été gravement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale, si bien que son centre historique nous est parvenu intact, avec son plan médiéval et de nombreux édifices d’un grand intérêt remontant à l’époque gothique, à la Renaissance ou à la période baroque. Les élèves ont pu admirer le palais impérial, les maisons à colombages, l´hospice pour les pauvres etc.


La mine de Rammelsberg est un lieu exceptionnel d’extraction de minerais tels le plomb, le zinc, le cuivre. L’activité y a cessé en 1988. Elle a utilisé un système très complexe d’étangs artificiels, de petits canaux, de tunnels et de drains souterrains. Il a permis le développement de l’énergie hydraulique au profit de la mine et des procédés métallurgiques. C’est un lieu majeur de l’innovation minière dans le monde occidental. Les Français ont fait l’expérience d’une arrivée par le chemin de fer minier. Ils ont parcouru 500 mètres à l’intérieur de la montagne et le guide français leur a expliqué les principales activités du mineur. Les élèves allemands ont eux bénéficié d’une autre visite en allemand : ils ont suivi le parcours de l’eau par un ancien système de galeries et ont découvert les grandes roues hydrauliques à l’aide desquelles on extrayait les minerais.


Les Français et les Allemands se sont retrouvés à 13 h pour une dernière promenade qui leur a permis de dépenser leurs derniers euros et de faire quelques cadeaux.


Jeudi 22 mars


 


Vendredi 23 mars